Skip to content

test baniere

HQE

Norme HQE

La « Haute Qualité Environnementale » est un ensemble d’objectifs (visant à approcher ou atteindre des « cibles ») posés au moment de la conception et non un ensemble de norme. De nombreuses normes visent la démarche environnementale appliquée à l’architecture. Notamment en 2011, ou une nouvelle norme a été produit par l’AFNOR concernant les ouvrages de construction. Cette dernière vise à l’évaluation de la contribution des ouvrages de construction au développement. Elle est conçue pour le bâtiment entier ou l’un de ses éléments comme une toiture végétale.

 

La végétalisation des toitures est dans la cohérence de la démarche HQE et du développement durable.

Pour être HQE, une construction nécessite 5 éléments:

  • Une économie des ressources.
  • Une limitation de la production de déchets ultimes.
  • Des relations harmonieuses entre le bâtiment et son environnement immédiat.
  • Une qualité globale des ambiances intérieures.
  • L’emploi de matériaux recyclés.

 

L’Éco – Construction

Son objectif principal est de réduire le plus possible l’impact négatif sur l’environnement.

Les toitures végétalisées, en particulier dans les centres-villes, créent une relation harmonieuse entre le bâtiment et son environnement. Ces nouveaux espaces verts, améliorent le paysage et assainit le milieu urbain. Une végétalisation des terrasses permet d’augmenter les surfaces d’évapotranspiration et de contribuer, ainsi, à la régulation du microclimat.

Les étanchéités sont exposées aux rayons ultraviolets et aux chocs thermiques qui accélèrent leur vieillissement. La végétalisation extensive des toitures agit comme une protection contre ces agents climatiques. L’installation d’une végétalisation sur une terrasse ou une toiture améliore l’inertie quotidienne thermique par sa masse et surtout par la protection solaire (abaissement de 35°C à 45°C de la température sous le complexe de végétalisation.

 

Le Confort et la Santé

Les toitures végétales améliorent le confort thermique et acoustique des villes par humidification de l’air et augmentation de l’inertie thermique du bâtiment. C’est un régulateur de température écologique, naturelle et efficace.

 

 

L’ Éco – Gestion

Les toitures végétalisées permettent de stocker et de freiner les écoulements des eaux pluviales et limitent l’engorgement des canalisations lors de violents orages. Elles peuvent jouer un rôle de filtre vis-à-vis de la contamination des eaux de pluie.

Elles jouent donc un rôle de control des facteurs climatiques régionaux.

La mise en place d’un choix judicieux de système de toiture végétalisée exige une analyse des facteurs climatiques et géographiques locaux.

Economie d’énergie

Il faut considérer la couleur et la texture de la surface du toit en fonction du climat, ainsi que son effet sur la performance énergétique.

Une étude récente montre que l’apport d’une végétalisation génère une économie de 20 % à 30 % sur l’utilisation de climatisation du niveau situé sous la toiture. De plus, végétaliser l’ensemble des toits de la ville de Chicago économiserait 100 millions de US$/an en énergie. Un chiffre considérable. La puissance installée, au pic de la demande, serait diminuée de 720 mégawatts (Etude faite par le cabinet de consultants Weston pour la ville de Chicago).

Optimisation des besoins de maintenance

Les toits avec végétalisation extensive, une fois les végétaux installés, nécessitent peu de maintenance.

LA TOITURE VEGETALE :DES REPONSES A LA NORME HQE

Parmi les 14 cibles  de la démarche HQE, voici celles qui concernent plus particulièrement les toitures végétalisées :

Cible n°1 : relation harmonieuse du bâtiment avec son environnement extérieur

– Restitution d’espaces verts en toiture.

– Intégration du bâtiment dans le paysage.

Cible n°2 : choix intégré des procédés et produits de construction

– Produits renouvelables.

– Protection supplémentaire à l’étanchéité.

Cible n°4 : gestion de l’énergie, amélioration de l’inertie thermique des bâtiments

Cible n°5 : gestion de l’eau

Cible n°8 :

– Confort hygrothermique.

– Humidification de l’air ambiant.

– Amélioration du confort en été et en hiver.

Cible n°9 :

– Confort acoustique (effet de masse).

– Absorption des sons.

Cible n°10 :

– Confort visuel (Amélioration du paysage urbain).

– Esthétique des bâtiments.

Cible n°13 : qualité de l’air